Venez signer les deux initiatives populaires sur les assurances maladie!

Les primes d’assurance-maladie continuent d’augmenter de manière plus importante que les coûts de la santé. Cela est dû au système de santé actuel, qui présente plusieurs problèmes.

Parmi les aspects problématiques, l’opacité du système ne permet pas de savoir comment les coûts entre assuré-e-s des différents Cantons sont distribués par les caisses. Le fait que les assureurs couvrent plusieurs cantons rend difficile de savoir si les habitant-e-s d’un canton payent effectivement leurs coûts ou aussi ceux d’autres cantons, comme cela a été mis en évidence par le passé avec les Cantons latins qui ont payé des primes en plus pour ne pas faire augmenter de manière trop importante les primes d’autres cantons. Cela rend vains les efforts de contrôle des coûts et représente surtout une injustice criante.

De plus, la nécessité pour les caisses d’assurance-maladie de constituer des réserves pour chaque nouvelle et nouveau assuré-e a comme conséquence que des sommes énormes dorment dans leurs poches. Ainsi, les assureurs peuvent, via des systèmes de comptabilité douteuse entre l’assurance de base et les complémentaires, utiliser cet argent pour des placements qui ne profitent qu’aux actionnaires et pas aux assuré-e-s.

Parallèlement, tout changement dans le système est entravé par l’influence des assureurs sur les élu-e-s à Berne. Un nombre important de nos élu-e-s siège dans le conseil d’administration d’une ou plusieurs assurances, dans des institutions privées qui travaillent pour celles-ci ou reçoit de l’argent ou autre rétribution des caisses pour des mandats divers.

Puisque les assurances-maladie remplissent un mandat public, le conflit d’intérêts est évident. Comme pour les régies fédérales, les élu-e-s ne devraient pas avoir des liens d’intérêt avec les assurances-maladie.

Deux initiatives populaires fédérales peuvent changer cela !

L’initiative « Assurance-maladie. Pour une liberté d’organisation des cantons » vise à donner la liberté aux Cantons de créer (ou pas) une institution cantonale d’assurance-maladie.

Quelques avantages : une seule et même prime à tous les assurés de la région selon le modèle d’assurance et la franchise qu’ils choisissent : fini la chasse aux bons risques!
Les assureurs continuent à effectuer le travail administratif : aucun licenciement n’est nécessaire. Et l’assuré pourra continuer à choisir sa caisse!
Les réserves de tous les assureurs sont mises dans un pot commun : moins de réserves et les assurés profitent de cet excédent durant les premières années de fonctionnement.
Les primes ne pourront pas augmenter plus que les coûts.

L’initiative « Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie » vise à réduire l’influence des caisses-maladie sur les élu-e-s à Berne.

L’avantage principal : le Parlement pourra retrouver son indépendance et proposer des réformes nécessaires pour le système de santé et, au final, en faveur de la population suisse.

Il faut récolter 100’000 signatures pour soumettre ces textes aux citoyen-ne-s. Nous avons besoin de vous ! Vous trouvez ci-dessous les liens pour imprimer les feuilles de signatures. Signez et faites signer les initiatives et envoyez-les nous (ou apportez-les nous)!

Nous sommes à votre disposition pour toute question !

Feuille de signatures initiative « Assurance-maladie. Pour une liberté d’organisation des cantons »

Feuille de signatures initiative « Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie »

Feuille de signature avec les deux initiatives

Note : uniquement les personnes avec la nationalité suisse et qui ont 18 ans ou plus peuvent signer. Chaque feuille ne doit être signée que par des personnes qui ont le domicile dans la même commune. Même si c’est dommage, deux personnes qui ont leur domicile dans deux communes différentes doivent utiliser deux feuilles de signatures. Autrement, les signatures ne sont pas valides.

 

Merci pour votre soutien

Le Parti socialiste remercie les électrices et les électeurs pour la confiance témoignée lors de élections communales. Ces 5 prochaines années, vos él-u-es au Conseil communal s’engagent à défendre avec conviction les valeurs fortes qui animent le PS pour un developpement harmonieux de Morges.

Merci pour le soutien marqué aux candidat-e-s PS au 1er tour de l’élection à la Municipalité. Fort de ce bon résultat, nous appelons à l’unité de la gauche pour le second tour.

 

Le PS présente 4 candidat-e-s à la Municipalité de Morges

candidat Mun 2016L’assemblée générale du 26 octobre a désigné les candidat-e-s du PS à la Municipalité.

Il s’agit de Vincent Jaques, syndic sortant; Eric Züger, municipal sortant, Anne-Catherine Aubert et Philippe Dériaz.

Compétence, expérience et cohérence.

Le PS a toujours su présenter des candidat-e-s de qualité, au bénéfice de compétences politiques avérées et d’une maîtrise des dossiers reconnue et pouvant mettre au service de la population leurs expériences. Les enjeux qui attendent notre ville sont nombreux, logements, mobilité, accueil de jour, culture, finances et il apparaît primordial à notre parti de présenter des candidatures crédibles.

Et cohérence aussi car le PS perpétue cette tradition en présentant des candidat-e-s qui sont à l’écoute des préoccupations des morgiennes et des morgiens, proches et accessibles, ayant une vision de société forte, prêt à s’engager, dans la continuité, pour un développement harmonieux de notre ville où chacune et chacun peut s’intégrer.

Le parti Socialiste veut à nouveau présenter 4 candidats et proposer des nouveaux visages avec les candidatures d’Anne-Catherine Aubert et Philippe Dériaz qui sauront, grâce à de leurs nombreuses qualités, connaissances et idées compléter l’équipe en place.

Anne-Catherine Aubert est actuellement co-présidente de la section morgienne du Parti socialiste et membre active du Conseil communal depuis 2002 où elle a d’ailleurs siégé dans plus de 100 commissions et en a présidée en nombre certains. Philippe Dériaz est membre du comité du PSM, il siège au Conseil communal depuis 1993, a présidé la Commission des Finances en 1997 et s’est illustré sur les dossiers complexes tant au niveau technique que politique ces dernières années. Philippe Dériaz a aussi siégé au Grand Conseil 1999-2012. Dans les 2 cas, il s’agit d’engagements politiques qui portent sur le long terme.

Depuis 1998, le Parti socialiste de Morges présente 4 candidats à l’exécutif de la ville. En 2006 et en 2011, les 4 candidats proposés ont étés élus au 1er tour.

Ces dernières années, la gauche et le PS notamment, ont pu mettre sur les rails et réaliser de nombreux projets pour les Morgiennes et les Morgiens. Le Parti socialiste souhaite vivement poursuivre sur cette voie en 2016.